Ouvre-moi tes bras

et fais moi oublier

que je ne suis pas

celui qui occupe tes pensées,

seulement celui qui passe

te caresse et t'embrasse

avec dans les yeux

de l'amour pour deux.

 

Parle-moi tout bas

de nos tendres ébats

où je nous imagine

loin de nos origines.

 

Doucement berce-moi

au creux de ton corps

puis câline-moi

de tes doigts d'or...

 

Emporte-moi loin

vers un autre demain...

(Claude Boulloud)

 

1imageillusionoptique14