Ce fut une belle soirée que je n'oublierai jamais !

Ton regard parla, et tu m'offris en tremblant tes lèvres si douces.

Mon cœur sent encore trop quel fut mon bonheur. Je t'aime, je t'aime.


Des mots de Johann Wolfgang von Goethe ; Les complices (1769)

Belles-phases-damour-pour-son-amoureux